Les Carnets du Vignoble

07 juillet 2012
image Les Carnets du Vignoble

Des Nouvelles de la Cave
Le millésime 2010 vu par Pascal Chatonnet 2010 face à 2009 : peut-être encore meilleur ?

Tout commence par un printemps agréable après un hiver finalement assez froid. Avril et surtout fin Mai furent relativement frais avec une croissance de la vigne assez lente. Le problème avec ce genre de climat est que nous arrivons à la floraison avec un climat toujours un peu frais début Juin, ce qui peut provoquer pas mal de coulure (avortement des fleurs) avec les Merlots les plus précoces ! Finalement, ce phénomène est favorable à la qualité car il concentre naturellement la récolte et homogénéise les différences. Mais le rendement de la production s’en est trouvé considérablement limité (32-38 hl/ha) en 2010...

Au cours de l’été, les pluies ont été régulières mais pas trop fortes : peu de pression de maladies et donc peu de traitement à faire. Juillet et surtout août ont été relativement chauds mais toujours sans excès. 2010 est un millésime finalement peu arrosé ; les peaux des raisins étaient, en général, épaisses après la véraison dans les premiers jours de la deuxième semaine d’août. L'automne magnifique a permis leur maturation lente et parfaite ! Avec un ensoleillement moins brutal qu’en 2009 en Septembre, la maturation s’est déroulée plus lentement. Fin septembre, le climat était très favorable ; l’état sanitaire parfait a permis de vendanger très sélectivement, petit à petit, en prenant son temps. Une des grandes particularités du millésime 2010 a été la qualité et la persistance de l’activité photosynthétique du feuillage des vignes. Ainsi, nous avons ramassé des raisins extrêmement sucrés et donc élaboré les vins les plus alcoolisés et les plus gras de notre histoire ! Nous avons ramassé certaines parcelles de Merlot avec plus de 15,5 % vol. Les Cabernets n’étaient pas en dessous de 13,8 % vol. de potentiel début octobre tout en gardant des acidités généreuses. Grâce à la densité des tannins et à la fraîcheur de l’acidité naturelle, l’équilibre obtenu est parfait avec un degré d’alcool en moyenne supérieure à 14% vol. dans beaucoup de cas !

Les vins sont naturellement puissants avec des attaques très charnues, très grasses et une deuxième partie de bouche plus classique, très aromatique mais plus ferme, qui nécessitera pour les grandes cuvées plus de temps pour se faire que les 2009 (mais sans rien à leur envier en termes de potentiel). Les Merlots sont opulents à tous les niveaux. Les Cabernets Francs sont tout aussi, ou plus, généreux encore qu’en 2009 ; ils ont fait l’objet d’un élevage totalement séparés jusqu’au bout au lieu d’être assemblés précocement. La sélection en deuxième vin (TOUR SAINT ANDRE) est limitée en raison de la petite quantité de la récolte et de la puissance du millésime.
2010 : un très grand millésime en perspective !