La Sergue 2012

COHERENCE ET COMPLEXITE

Après un hiver froid et sec, le printemps frais et humide se prolonge jusqu’en Juin.
L’été commence tardivement ; la chaleur s'installe définitivement au début du mois d'août, à tel point que l’été est déclaré le plus chaud depuis 2003. > Lire la suite...

Bref, une année un peu au ralenti pour la vigne au démarrage, qui aboutit à des rendements en baisse significative pour les Merlots, et à une date de vendange finalement classique vers la fin septembre. Les terroirs précoces sur argile ont particulièrement bien réagi ; la maturité fut finalement assez rapide et le raisin bien homogène. Les vieilles vignes de Merlot n’ont que peu produit ; la concentration fut naturellement au rendez-vous. Le Malbec, récolté avec les derniers Merlots de La Pignière, a produit plus généreusement et a dû être saigné plus intensément. Le millésime 2012 fut l’un des millésimes récolté le plus rapidement à LA SERGUE (21-25 septembre) avec une vinification des plus simples et des plus respectueuses. Pour conserver l’originalité et la typicité du millésime, il fallait laisser faire les choses. Le millésime s’est ouvert lentement à partir de l’été 2013, il développe depuis une belle complexité. Plus mûr et plus gras que le 2011, la belle acidité et la tension apportée par l’élevage en barriques (50% de bois neuf) augurent un LA SERGUE cohérent dans son style et particulièrement complexe au plan aromatique.
visuel La Sergue 2012

Dégustation :

Couleur très intense, presque noire. Premier nez trés caractéristique de LA SERGUE, mûre, cassis noir, pivoine, vanille bourbon. Second nez, une note de pomme au four puis une touche de vieux rhum brun. L’attaque en bouche est ferme sans plus, le tannin est frais et souple. Bon volume en bouche.

Avis sur le millésime "La Sergue 2012"

Pascal Chatonnet dégustation barriques

Note de dégustation Juillet 2014 – Pascal CHATONNET :

Couleur très intense, presque noire. Sans aération et sans agitation, le caractère aromatique typique de LA SERGUE est bien reconnaissable : mûre, cassis noir, pivoine, vanille bourbon. Après quelques tours dans le verre, les arômes se développent et se complexifient. S’ajoutent d’abord une note de pomme au four puis une touche de vieux rhum brun. L’attaque en bouche est ferme sans plus, le tannin est très frais et sans sécheresse, souple juste ce qu’il faut. Le volume en bouche est agréable et bien enveloppant. Le millésime 2012 n’est pas le plus puissant des millésimes mais un des plus élégants et l’un des plus faciles dans sa prime jeunesse, avec une très belle longueur. A consommer donc sans modération !

 

Capture d’écran 2016-05-30 à 13.02.32La Revue des Vins de France n°572 juin 2013 - PRIMEURS 2012
Classé dans les « Réussites exceptionnelles ». « Une réussite majeure de l’appellation. Très belle définition pour ce vin complet à la bouche ample et au fruit opulent. Elle n’a rien à envier à quelques pomerols bien plus prestigieux.

 

decanterPRIMEURS 2012 - Dégustateur: James Lawther MW Score 16/20pts
« Fruit généreux. Mûr mais sans excès.
Des tannins polis ». A boire : 2016 - 2022